Techniques structurelles

Techniques structurelles

Elles concernent le squelette et les muscles : “… actes mécaniques, réglables en vitesse, en masse et en amplitude appliqués le plus localement possible sur les tissus (articulaires ou conjonctifs) altérés afin d’en modifier la consistance par voie réflexe. Le but n’est pas de corriger une position, ni d’augmenter telle ou telle amplitude, mais de lever la barrière qui empêche le corps de trouver lui-même toutes les positions et fonctionnalités dont il a et aura besoin…“(1)
Les ostéopathes ne forcent jamais les articulations au-delà des limites physiologiques. La force appliquée à bon escient, appelée thrust, sert par sa spécificité et sa rapidité à provoquer un réflexe qui permet à plus ou moins brève échéance, la récupération de la mobilité et la cessation des phénomènes de douleur.
Ces techniques sont dites directes car elles agissent sur une  structure (par exemple le poumon) pour améliorer sa fonction (dans ce cas l’oxygénation). L’ostéopathe appliquera une force directement contre la résistance.
(1) J.F. Terramorsi, 1990